Accueil > Vaccinations > Vaccination contre l'hépatite B

Vaccination contre l'hépatite B

L’hépatite B est une maladie d’origine virale atteignant le foie et pouvant entrainer dans certains cas, une cirrhose voire un cancer du foie.

Elle peut être prévenue par un vaccin.

 

Le mode de transmission

Le VHB est environ 100 fois plus contagieux que le VIH.

Il existe quatre principaux modes de transmission du virus: la transmission sexuelle, la transmission sanguine ou  percutanée, la transmission de la mère à l’enfant et la transmission lors de contacts proches et répétés non sexuels

Les expositions percutanées à l’origine de transmission du VHB comprennent l’usage de drogues par voie intraveineuse, le tatouage et le piercing mais aussi, lors des soins, la transfusion de sang ou de produits sanguins, l’utilisation de matériel médical contaminé. Dans les pays industrialisés, grâce à l’application des précautions universelles en milieu de soins, à la vaccination contre l’hépatite B des personnels soignants ainsi qu’à la sélection des donneurs de sang et au dépistage des marqueurs de l’infection, les risques liés aux soins ont pratiquement disparu. Ce n’est pas le cas pour les pays en voie de développement où une prise en charge par les structures médicales locales peut parfois comporter un risque de contamination par le virus de l’hépatite B.

La voie sexuelle représente un mode de transmission fréquent entre une personne porteuse du virus et son partenaire

La transmission verticale, de la mère infectée par le VHB à l’enfant au moment de l’accouchement

Quant à la transmission lors de contacts proches (intrafamiliaux essentiellement), autres que sexuels, elle pourrait survenir autour d’un porteur chronique du VHB, en présence de lésions comme des ulcérations cutanées ou muqueuses et d’expositions répétées directes ou par l’intermédiaire d’effets personnels (brosse à dents, rasoir, etc…)

Cependant, le mode de contamination par le VHB demeure inconnu dans près de 30 % des cas.

 

Les symptômes de la maladie

L’hépatite B peut se manifester par un ictère (coloration jaune de la peau et des yeux), de la fatigue, une perte d’appétit, des nausées, une urine foncée, des selles blanchâtres, des douleurs articulaires et des douleurs abdominales.

Cependant, dans la moitié des cas, les personnes infectées par le VHB ne présenteront pas de symptôme.

Dans les 6 mois suivant l’infection, environ 90 % des adultes guériront spontanément et auront acquis une immunité qui les protégera à vie. Par contre, les 10 % restants sont incapables d’éliminer le virus et deviendront des porteurs chroniques du virus ; ces personnes sont dites porteuses de l’antigène HBs, elles ont une infection chronique, restent contagieuses et risquent une évolution vers une cirrhose et un cancer du foie.

L’hépatite B chronique peut toutefois être traitée.

 

Epidémiologie et répartition géographique

On estime que de 0,65 % de la population française (soit plus d’une personne sur 200) est infectée de façon chronique par le VHB. La moitié d’entre elles ignorent leur infection.

En fonction de la fréquence du portage de l’AgHBs, on distingue 3 zones géographiques:

Les zones de forte endémie, où la prévalence (la fréquence) de l’Antigène HBs est supérieure à 8 %    (Afrique subsaharienne, Asie du Sud Est, Chine méridionale, bassin Amazonien)

Les zones de prévalence intermédiaire comprise entre 2 et 7 % (Proche Orient, Amérique Centrale et du Sud, Asie Centrale, sous- continent Indien, certains pays de l’Europe du sud et de l’Est).

Les zones de faible endémie avec une prévalence <2%, zone incluent essentiellement les pays industrialisés (Europe de l’ouest et du Nord, Amérique du Nord, Australie).

Les voyageurs se rendant dans les pays de moyenne et de forte endémicité appartiennent à un groupe à risque de contracter l’hépatite B

 

La prévention

Il existe un vaccin efficace contre l’hépatite B. Les seuls vaccins autorisés actuellement en France, sont des vaccins obtenus par recombinaison génétique.

Les vaccins contre l’hépatite B peuvent être administrés suivant un schéma classique de trois doses (de type 0-1-6 mois). Au-delà de ces trois injections, il n’est plus nécessaire d’effectuer des rappels systématiques.

Cependant, pour les professionnels de santé ou autres professionnels assujettis à l’article L. 3111-4 du Code de la santé publique, ainsi que chez les personnes à haut risque d’exposition, cette attitude doit être modulée en fonction de l’âge lors de la primovaccination et des résultats d’une analyse sérologique.

Il existe des mesures de prévention complémentaires à associer à la vaccination contre l’hépatite B:

•Ne partagez jamais les aiguilles, les seringues, les cuillères, des drogues en solutions, l’eau, les filtres, les récipients, les pipes ou les pailles utilisés pour renifler de la drogue ni aucun autre matériel utilisé pour en prendre.

•Ne partagez pas des articles personnels comme un coupe-ongle, un rasoir ou une brosse à dents;

•Si vous envisagez un tatouage, un piercing ou un traitement d’acupuncture, veillez à ce que le matériel utilisé soit neuf , à usage unique ou stérile. 

   Impression Impression
Haut de page