Accueil > Vaccinations > Vaccination encéphalite japonaise > Diagnostic de l'encéphalite japonaise

Diagnostiquer l'encéphalite japonaise: une tâche difficile

La maladie est asymptomatique dans la grande majorité des cas : 1 sur 250 à 1 sur 1000 enfants infectés et 0,04% des adultes infectés développera une maladie symptomatique.

Face à un patient symptomatique, le diagnostic de l’Encéphalite Japonaise peut être difficile car ces signes cliniques d’encéphalite ou de méningoencéphalite sont peu spécifiques.

Le premier critère de diagnostic est le séjour (on non) dans une région d'endémie (voir carte)
 
La période d’incubation s'étale de 5 à 15 jours environ. Les symptômes les plus caractéristiques sont un état fébrile d’installation brutale, des frissons, myalgies, un état confusionnel et parfois une raideur nucale. Des tremblements, des signes neurologiques plus ou moins marqués peuvent être observés.

Des tests de laboratoire sont alors nécessaires : Examen du liquide céphalo rachidien, sérologie, culture cellulaire ou biologie moléculaire.

Le pronostic de la maladie est mauvais : Sur les 50 000 cas d’Encéphalite Japonaise notifiés chaque année, environ 30% connaissent une issue fatale, environ 50% des survivants souffrent de séquelles neurologiques et/ou psychiatriques.

 
   Impression Impression
Haut de page