Les maladies sexuellement tranmissibles

Les infections sexuellement transmises (IST) particulièrement l'infection à VIH-SIDA, l'hépatite B et l'herpès sévissent à l'état endémique dans la plupart des pays tropicaux.

On notera le risque extrême de contamination par les virus du VIH en Afrique noire, Asie, Amérique latine : dans certaines capitales de ces pays, le taux d'infection par le virus atteint ou dépasse 15 % de la population adulte et chez les prostituées il peut dépasser 50 %. Le seul moyen efficace de s'en protéger est l'utilisation systématique de préservatifs. Ceux-ci doivent être éprouvés Normes Françaises ; ainsi est-il conseillé de les emporter avec vous en faisant attention à la date de péremption. Sur place, ils doivent être stockés à l'abri de la chaleur et de l'humidité.

Le préservatif n'est utilisable qu'une seule fois ; il faut ensuite le jeter dans une poubelle car n'est pas biodégradable. En cas d'utilisation d'un lubrifiant, évitez absolument la vaseline ou les lubrifiants gras qui peuvent fragiliser les préservatifs et sont une des causes principales de rupture. Utilisez des lubrifiants hydrosolubles et compatibles avec le latex : Try®, Taïdo®, Hydrogel®…

Il existe un traitement antiviral pour le VIH (SIDA) préconisé dans les heures ou les 2 jours qui suivent un rapport non protégé avec une personne à risque (viol, rupture de préservatif). Si ce traitement ne pouvait être obtenu sur place rapidement, un rapatriement vers le centre spécialisé le plus proche doit être envisagé.

Les virus du SIDA, des hépatites B et C peuvent également être transmis lors de certaines pratiques comme l'acupuncture, les tatouages, les soins dentaires, le piercing des oreilles ; pratiques réalisées dans certains pays avec une hygiène moins rigoureuse qu'en métropole. Ces conseils ne doivent pas empêcher la vaccination contre l'hépatite B.

   Impression Impression
Haut de page