Accueil > Actualités > Recommandtions de l'OMS pour faire face à l'épidémie de MERS-CoV

Recommandtions de l'OMS pour faire face à l'épidémie de MERS-CoV

Le comité a mis en évidence les principaux facteurs contribuant à la propagation du MERS-CoV dans ce pays :

  • manque de sensibilisation des personnels de santé et du grand public sur les risques liés au MERS-CoV ;
  • mesures sous-optimales de prévention et de lutte contre la transmission dans les hôpitaux ;
  • contact étroit et prolongé de sujets infectés dans les salles d'urgence bondées et chambres communes dans les hôpitaux ;
  • l'utilisation de personnels de santé, à temps partiel, sur plusieurs hôpitaux ;
  • la coutume qui veut que de nombreux visiteurs ou membres de la famille séjournent avec des patients infectés dans les chambres d'hôpital, facilitant la propagation secondaire d'infections parmi les contacts.
  1. Le Comité a noté que les données disponibles sur le séquençage génétique du virus n'a pas décelé de changements significatifs par rapport aux virus du Moyen-Orient.
  2. La transmission du virus a été fortement associée à des milieux de soins de santé. Cet aspect souligne la nécessité pour les autorités sanitaires à faire tous les efforts possibles pour veiller à ce que des mesures efficaces de prévention et de contrôle des infections soient en place à tout moment.
  3. Il n'y a aucune preuve de transmission actuelle dans la population générale. Le Comité a noté que les mesures de santé publique pour arrêter l'épidémie, y compris d'importants efforts pour améliorer la recherche des contacts, qui sont convenablement isolés ou mis en quarantaine et surveillés, semblent coïncider avec une baisse de l'incidence des cas.
  4. Le Comité a noté qu'il existe encore de nombreuses lacunes dans les connaissances relatives aux modes de transmission du MERS-CoV, y compris le rôle potentiel d'une contamination de l'environnement, une mauvaise ventilation et d'autres facteurs, et a indiqué qu'il est important de poursuivre les recherches dans ces domaines.
  5. Le Comité a déclaré que cette épidémie est une sonnette d'alarme et que dans un monde très mobile, tous les pays doivent toujours être préparés à l'émergence de cette maladie comme à celle d'autres maladies infectieuses graves. La situation met en évidence la nécessité de renforcer la collaboration entre le secteur de la santé et d'autres secteurs clés, tels que l'aviation, et à améliorer les processus de communication.
  6. Le Comité a conclu que les conditions d'une urgence de santé publique de portée internationale ne sont pas remplies.

Sur la base des conseils et informations du Comité actuellement disponibles, le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a accepté l'évaluation du Comité.

  • L'OMS ne recommande pas de restriction de voyage ou de restriction dans les échanges commerciaux.
  • L'OMS considère que le dépistage aux points d'entrée est inutile maintenant.
  • L'OMS considère que sensibiliser le voyageur (sur le MERS-CoV et ses symptômes) qui se rend dans une zone touchée ou qui en revient est une bonne pratique de santé publique.

Source : Organisation mondiale de la santé. - medecinedesvoyages.net

   Impression  Impression
Haut de page