Accueil > Actualités > Epidémie de Fièvre EBOLA en Afrique de l'Ouest

Epidémie de Fièvre EBOLA en Afrique de l'Ouest

Au 06 Aout 2014, cette épidémie de Fièvre Hémorragique à virus Ebola est la plus importante jamais observée avec un total de 1711 cas déclarés dont 932 décès (taux de létalité de 55%). Elle touche 4 pays : Guinée, Sierra Leone, Liberia et Nigeria.

1070 cas ont été confirmés par les laboratoires de références pour le virus Ebola.

L’épidémie actuelle représente la première épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. C’est également la première fois qu’une capitale est touchée (Conackry).

 

La Maladie :

La fièvre Ebola est caractérisée par une Fièvre d’apparition brutale associée à une altération de l’état général et des signes non-spécifiques tels que des myalgies, des céphalées, des vomissements et de la diarrhée. 30 à 50 % des patients présentent des signes hémorragiques. Une défaillance multi viscérale incluant une atteinte hépatique, rénale et neurologique entraine un choc et le décès.

Les 2 premiers sous-types du virus Ebola ont été identifiés en 1976 durant l’épidémie qui toucha simultanément le Soudan et le Zaïre (RDC). Depuis, plus de 20 épidémies sont survenues à travers l’Afrique Centrale avec un taux de mortalité pouvant atteindre 90%.

Le réservoir sauvage n’a pas été identifié avec certitude. Cependant, l’on suspecte comme réservoir animal une chauve-souris. Le virus atteint l’homme après contact avec des animaux sauvages ; il est transmis d’homme à homme par contact direct avec les fluides corporels (sang, urines, sueur, sperme, …) Le virus a pu être isolé du sperme jusqu’à 60 jours après le début de la maladie.

La période d’incubation s’étend de 2 à 21 jours. La période de contagiosité débute avec la fièvre et peut se prolonger  post mortem.

Le traitement est purement symptomatique. Aucun traitement curatif efficace n’est disponible.

 

Mode de transmission

Le virus est transmis de l’animal sauvage à l’homme lors de contact avec des sécrétions biologiques d’animaux infectés (sang, déjections, viande de brousse…).

La transmission interhumaine est liée à des contacts directs (peau lésée ou muqueuses) avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de personnes infectées. Elle peut se produire lors de contacts avec des objets contaminés par des sécrétions infectées (des aiguilles par exemple).

Le virus Ebola se transmet souvent au sein d’une même famille lors des soins apportés au malade ou lors des cérémonies funéraires traditionnelles qui impliquent parfois des contacts directs avec la dépouille.

Le personnel soignant en charge des malades peut être facilement contaminé lorsque les mesures anti-infectieuses n’ont pas été rigoureusement appliquées.

 

Prévention et conseil aux voyageurs :

 

L’OMS n’a pas, à ce jour, émis de restrictions de voyage à destination des pays concernés, cependant le ministère des Affaires Etrangères français recommande désormais, sauf raison impérative, de suspendre tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée, Sierra Leone, Libéria, Nigéria).

Il n’existe ni traitement préventif ni vaccin contre Ebola.

Bien que le risque chez les voyageurs soit minime, quelques précautions peuvent être utiles.

Avant votre départ, il convient de :

  • Suivre l’évolution de l’épidémie en consultant régulièrement le site du ministère des Affaires étrangères et celui de l’Organisation Mondiale de la Santé,
  • de vous inscrire sur le portail Ariane du ministère des Affaires étrangères et du Développement international.
  • Vous vacciner contre la Fièvre typhoïde et la Méningite et de vous munir d’un  traitement préventif contre le paludisme. En effet, ces maladies ont des présentations cliniques proches de l'infection à Ebola, perturbant ainsi le processus diagnostic.

Pendant votre présence sur place, il convient de :

  • Ne pas se déplacer dans la zone de foyer de l’épidémie
  • Ne pas consommer ni manipuler de « viande de brousse »
  • Se laver les mains fréquemment au savon ou avec les solutions de lavage des mains hydro-alcooliques
  • Eviter les contacts directs avec les secrétions des malades ayant une forte fièvre, ou des troubles digestifs, ou des hémorragies extériorisées par la bouche, le nez ou les selles.

Après votre retour en France il convient de :

Prendre contact avec le SAMU (numéro de téléphone : 15) en cas de fièvre ou de symptômes compatibles avec la maladie (survenant dans les 21 jours suivant votre retour) en mentionnant le séjour en Afrique de l’Ouest.

 

Références et liens utiles:

Ministère des affaires étrangères : www.diplomatie.gouv.fr et www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques-20973/article/virus-ebola-guinee-forestiere

Center for disease control : www.cdc.gov

Invs : www.invs.sante.fr

OMS :  http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs103/en/ et http://www.who.int/ith/updates/20140421/en/#

   Impression  Impression
Haut de page