Accueil > Actualités > Faut-il se faire vacciner contre l'encéphalite japonaise ?

Faut-il se faire vacciner contre l'encéphalite japonaise ?

Une information médicale récente des autorités sanitaires coréennes (Promed 08/07/2013) rapporte que 50 à 64% des moustiques testés sur le port de Pusan étaient porteur du virus. Cela a conduit les autorités sanitaires à lancer une alerte et éclaire d'un jour nouveau, le regard que nous portons sur cette maladie.

 

L’encéphalite japonaise est une maladie virale transmise par les piqures de moustiques du genre Culex. Elle infecte principalement le porc et les oiseaux sauvages. L’homme peut être accidentellement contaminé.
 
L’affection sévit principalement dans la région Asie et l’Inde. Les régions les plus touchées sont Cambodge, Chine (sud du pays) Corée, Inde du nord et Népal, Indonésie, Japon, Laos (nord du pays), Malaisie, Myanmar, Philippines, Thailande, Vietnam (nord du pays). Le risque pour l’homme est maximal dans les régions rurales avec élevages de porcs, pendant les périodes de mousson. Des cas sporadiques ont néanmoins été signalés en périphérie des villes et même en zone urbaine (1 cas à Hong-Kong 2012).
On estime que 3 milliards de personnes vivent dans les zones à risque. Environ 35 000 cas sont enregistrés chaque année, mais il faut tenir compte du fait que ce n'est pas une maladie à déclaration obligatoire, les cas répertoriés ne représentent donc que la partie émergée de l'iceberg.
 
L’affection passe le plus souvent inaperçue (1 forme symptomatique pour 300 contaminations). Lorsqu’elle s’exprime, elle est redoutable, avec 30% de décès et 30% de séquelles. Au cours des 50 dernières années, elle a été rendue responsable d’épidémies majeures (3000 décès au Japon en 1924, 1300 décès en Inde et au Népal en 2005) qui ont entrainé des campagnes de vaccination massive.
 
La maladie est considérée comme rare chez les voyageurs (1 cas pour 1000 000 voyages) ce qui induit une certaine inertie vaccinale. Ceci est à mettre en balance avec le pourcentage élevé des moustiques infectés dans certaines zones géographiques, comme le révèlent les autorités sanitaires sud-coréennes pour le sud de leur pays (Promed 08/07/2013).
 
Les recommandations officielles françaises sont de conseiller la vaccination :
  -aux voyageurs devant s’expatrier en Asie plus de 30 jours dans les régions ou circule le virus ;
  -aux voyageurs se rendant dans ces régions avec une activité extérieure importante, plus particulièrement dans les zones de rizières ou de marécages, pendant la période de transmission du virus, notamment pendant la saison des pluies, quelle que soit la durée du séjour. (BEH 2013, n°22-23).
Les constatations faites récemment en Corée soulignent la pertinence de ces recommandations.
De façon exceptionnelle des cas ont été observés à la suite de voyages touristiques brefs et classiques, en hôtels climatisés, ne comportant donc pas les caractéristiques mentionnées ci-dessus. Ces observations ont été colligées dans le mémoire du diplôme universitaire de vaccinologie de l'un des médecins de notre équipe (Docteur Marie Plisson-Sauné) et ont été présentées lors de la communication médicale annuelle de l'assemblée générale du CMETE en 2011.
 
Deux principaux types de vaccins existent sur le marché :
- un vaccin produit sur culture de cellules de cerveaux de souriceaux qui a été retiré du marché en Europe. C’est le principal vaccin disponible en Asie. 
- un vaccin produit sur culture cellulaire, seul disponible en Europe. Ce mode de préparation vaccinale est parfaitement sûr. La vaccination complète nécessite deux injections à pratiquer à 28 jours d’intervalle, pour une protection vaccinale complète, il faut commencer un à deux mois avant le départ. Un rappel est à prévoir un an deux ans plus tard. Le vaccin est très efficace, la protection conférée est très prolongée.
 
Pour rare que soit l’encéphalite japonaise, il convient de ne pas sous-estimer les risques qu’elle fait courir. Ce risque est d’autant moins acceptable qu’il existe en Europe un vaccin efficace et bien toléré.
 
   Impression  Impression
Haut de page