Accueil > Actualités > 14 juin 2017 MAROC

14 juin 2017 MAROC

Selon le Bureau national de la sécurité alimentaire (ONSSA), ces cas sont dus à la bactérie « Clostridium botulinum »

Le botulisme alimentaire est lié à la consommation d’aliments conservés de manière inadéquate, il s’agit d’une maladie rare mais potentiellement mortelle le diagnostic n’est pas réalisé rapidement et le traitement (antitoxine) instauré.

Transmission :

La maladie est liée à l’ingestion de neurotoxines puissantes, les toxines botuliques, présentes dans les aliments contaminés. Le botulisme ne se transmet pas d’un individu à un autre.

Les toxines botuliques sont présentes dans des aliments qui n’ont pas été conservés de manière correcte et dans lesquels les bactéries ou leurs spores survivent et produisent des toxines.

La toxine botulique a été mise en évidence dans divers produits, et notamment dans des légumes conservés de type des haricots verts, des épinards, des champignons ou betteraves; dans du poisson, et notamment du thon en boîte, du poisson fermenté, salé ou fumé; et dans des produits carnés tels que le jambon et la saucisse. Les aliments mis en cause diffèrent selon les pays et reflètent les habitudes de consommation et les procédures de conservation locales. Occasionnellement, des aliments préparés industriellement sont aussi impliqués.

La maladie :

Les toxines botuliques entrainent des anomalies du système nerveux. Le botulisme se manifeste par une paralysie pouvant s’accompagner une insuffisance respiratoire. Les premiers symptômes ressentis sont une asthénie, une faiblesse et des vertiges. Apparaissent ensuite des troubles visuels, d’une sensation de sècheresse buccale et de difficultés de déglutition et d’élocution. Des signes digestifs peuvent également être présents. Il n’y a pas de fièvre.

La maladie peut être fatale dans 5 à 10% des cas.

 

Prévention :

La prévention du botulisme repose sur l’application des bonnes pratiques pour la préparation des aliments, notamment en ce qui concerne le chauffage, la stérilisation et l’hygiène. Une stérilisation adéquate des conserves par la chaleur permet d’inactiver les bactéries et leurs spores. Attention, les spores peuvent résister à une ébullition de plusieurs heures. Seuls des processus à très haute température, comme pour les conserves industrielles peuvent assurer une destruction complète de ces spores.

 

La pasteurisation (produits pasteurisés conditionnés sous vide, produits fumés à chaud) peut ne pas suffire pour détruire toutes les spores.

La sécurité des produits conservés repose également sur la prévention de la croissance bactérienne par la réfrigération, la teneur en sel, des conditions acides.

 

Conseils aux voyageurs :

Eviter la consommation de conserves traditionnelles ou familiales, les produits fermentés ou pasteurisés lorsque les conditions de préparation et de conservation des aliments ne peuvent être garanties.

 

Source : http://www.promedmail.org/

   Impression  Impression
Haut de page