Accueil > Actualités > Cas de grippe aviaire humaine H7N9 en Chine et à Hong-Kong

Cas de grippe aviaire humaine H7N9 en Chine et à Hong-Kong

Hong-Kong

Le 30 décembre 2016, le Département de la santé de la Région administrative de Hong Kong a notifié à l'OMS un cas d'infection humaine confirmée en laboratoire par le virus de la grippe aviaire A (H7N9).

Il s ‘agit d’un homme de 70 ans souffrant de maladies chroniques sous-jacentes, qui s'est rendu dans la province du Guangdong du 13 au 16 décembre 2016.

Le patient a déclaré avoir de la fièvre, une toux productive, essoufflement, vomissements et diarrhée depuis 26 Décembre 2016. Il a été admis à l’hôpital dans un état grave et testé positif au virus de la grippe aviaire A (H7N9). Il a indiqué s’être rendu sur un marché vendant des volailles mais n'a signalé aucun contact direct avec une volaille vivante.

Chine

Les autorités sanitaires de la province de Jiangxi, dans le sud de la Chine, ont confirmé un nouveau cas d'une personne infectée par la souche H7N9 de la grippe aviaire.

L'homme de 53 ans est traité dans un hôpital de la capitale provinciale Nanchang et est dans un état critique. Au total, 17 personnes ont été infectées par la grippe aviaire en Chine cet hiver, dont au moins 2 sont décédées.

À ce jour, 809 cas d’infections humaines confirmés en laboratoire par le virus de la grippe aviaire A (H7N9) ont été signalés depuis le début de 2013.

Réponse des autorités sanitaires locales pour enrayer la propagation du virus de la grippe aviaire H7N9

Le Centre de protection du Département de la santé a pris les mesures suivantes:

- la population doit conserver une hygiène personnelle, alimentaire et environnementale stricte, tant sur le plan local que pendant ses déplacements

- une alerte a été émise auprès des médecins, des hôpitaux, des écoles...

Evaluation des risques par l'OMS au sujet du virus H7N9 

La plupart des cas humains de grippe aviaire A (H7N9) ont été exposés au virus par contact avec des volailles infectées ou dans le cadre d’environnements contaminés, comme par exemple les marchés de volailles vivantes.

Puisqu’actuellement le virus continue d'être détecté chez les animaux, d'autres cas humains risquent de survenir. Cependant, les données épidémiologiques et virologiques actuelles semblent indiquer que ce virus n'a pas acquis de capacité de transmission durable chez les humains. Par conséquent, la propagation à l'échelle de la communauté est jugée peu probable.

Les infections humaines par le virus de la grippe aviaire A (H7N9) sont inhabituelles et doivent faire l'objet d'un suivi étroit afin d'identifier les possibles changements ou mutations du virus et / ou de son mode de transmission aux humains, car ils peuvent avoir de sérieuses conséquences sur la santé publique.

Conseils de l'OMS concernant le virus H7N9 

L'OMS recommande que les voyageurs qui se rendent dans des pays connaissant des flambées de grippe aviaire évitent, si possible, les élevages et marchés de volailles, le contact avec les oiseaux vivants ainsi que les zones où les volailles peuvent être abattues.

Les voyageurs doivent également suivre une bonne sécurité alimentaire et de bonnes pratiques d'hygiène.

L'OMS ne recommande actuellement aucune restriction de voyage ou de commerce.

Un diagnostic d'infection par un virus de la grippe aviaire doit être envisagé chez les personnes qui développent des symptômes respiratoires aigus sévères lors d'un voyage ou peu de temps après leur retour d'une région où la grippe aviaire sévit.

Sources : ProMed mail, OMS.

   Impression  Impression
Haut de page