Accueil > Actualités > Cas humains de grippe A aviaire (H7N9) en Chine, mise à jour de l'OMS.

Cas humains de grippe A aviaire (H7N9) en Chine, mise à jour de l'OMS.

Le 11 août 2016, la Commission Nationale de la Santé et de la Planification Familiale de la Chine a notifié l'OMS de 5 cas d'infection humaine, confirmés en laboratoire, de grippe aviaire A (H7N9), dont un décès.

Ces cas se sont déclarés durant la période allant du 24 juin au 29 juillet 2016, et 3 des 5 cas sont des cas humains.

Sur les 5 cas, 3 ont été exposés à des volailles vivantes ou ont été impliqués dans l'abattage des volailles. Il n'y a pas eu d'exposition déclarée à des volailles pour les 2 autres cas. Les enquêtes sont en cours, à ce stade la transmission humaine ne peut être exclue, mais à ce jour aucune autre transmission n'a été rapportée.

Un total de 775 cas humains confirmés en laboratoire avec la grippe aviaire A (H7N9) ont été notifiés depuis début 2013.

Réponse de santé publique aux cas de grippe aviaire en Chine

Le gouvernement chinois a pris des mesures de surveillance et de contrôle suivantes:

  • Surveillance et analyse de la situation;
  • Renforcement tous les efforts sur le traitement médical;
  • Communication des risques avec diffusion publique de l'information.

 

Évaluation des risques par L’OMS

La plupart des cas humains sont exposés au virus A (H7N9) par contact avec des volailles infectées ou des environnements contaminés, y compris les marchés de volailles vivantes. Étant donné que le virus continue à être détecté chez des animaux et leur environnement, de nouveaux cas humains peuvent être attendus. Bien que de petits groupes de cas humains infectés par le virus grippal A (H7N9) aient été signalés, les données épidémiologiques et virologiques actuelles suggèrent que ce virus n'a pas acquis la capacité de transmission soutenue chez les humains. Par conséquent, la propagation à un niveau communautaire est considéré comme peu probable.

Les infections humaines avec le A (H7N9) du virus sont rares et doivent être surveillées étroitement afin d'identifier les mutations du virus et / ou de son mode de transmission à l'homme car il peut avoir un impact sur la santé publique grave.

Conseils de l’OMS

  • L'OMS conseille aux voyageurs à destination des pays avec des foyers connus de grippe aviaire d’éviter les élevages de volailles, les animaux dans les marchés d'oiseaux vivants, de ne pas pénétrer dans les zones où les volailles peuvent être abattues, ou d’éviter tout contact avec des surfaces qui semblent être contaminées par des matières fécales de volailles ou d'autres animaux. Les voyageurs doivent également se laver les mains souvent avec de l'eau et du savon. Les voyageurs doivent suivre une bonne sécurité alimentaire et les bonnes pratiques d'hygiène alimentaire.

 

  • L'OMS ne recommande pas de dépistage spécial pour cet événement particulier, ni ne recommande aucune restriction commerciale ou annulation de voyage. Comme toujours, un diagnostic médical doit être envisagé chez les personnes qui développent des symptômes respiratoires aigus sévères lors d'un voyage ou peu après le retour d'une région où la grippe aviaire est une préoccupation.

 

  • L'OMS encourage le pays à continuer de renforcer la surveillance de la grippe, y compris la surveillance des infections respiratoires aiguës sévères et d'examiner attentivement tous les types inhabituels, afin d'assurer la déclaration des infections humaines si elles venaient à se produire.

 

Source : OMS

   Impression  Impression
Haut de page