Accueil > Actualités > Épidémie de fièvre jaune en Angola et point général

Épidémie de fièvre jaune en Angola et point général

Une épidémie de fièvre jaune a été détectée à Luanda, en Angola en Décembre 2015. Les premiers cas ont été confirmés le 19 janvier 2016 ; par la suite, une augmentation rapide du nombre de cas a été observée.

Résumé de la situation au 15 juin 2016

Angola: 3137 cas suspects.

En Angola, le nombre total de cas notifiés a augmenté depuis le début de l’année 2016. En date du 15 juin 2016 un total de 3137 cas ont été signalés, dont 847 sont confirmés. Le nombre total de décès déclarés est de 345. Des cas suspects ont été signalés dans toutes les provinces, et les cas confirmés ont été signalés dans 16 des 18 provinces et 78 des 121 districts du pays. Des campagnes massives de vaccination ont commencé à Luanda et sont maintenant étendues à la plupart des autres régions touchées du pays. Les campagnes de vaccination portent également sur les zones frontalières. Malgré d'importants efforts la circulation du virus persiste encore.

République démocratique du Congo: 1044 cas suspects

En date du 15 juin 2016, 1044 soupçonnés et 61 cas confirmés ont été rapportés en République démocratique du Congo. Parmi ces 61 cas confirmés: 53 ont été importés d'Angola, 2 proviennent de zones forestières et 6 sont des cas autochtones. Les efforts de surveillance ont augmenté et les campagnes de vaccination ont été centrées sur les zones touchées. Risque de propagation Trois pays ont déjà signalé des cas confirmés de fièvre jaune importés d'Angola: la République Démocratique du Congo (53 cas), le Kenya (2 cas) et de la République populaire de Chine (11 cas).

Cela met en évidence le risque de propagation internationale par des voyageurs non immunisés.

Sept pays (Brésil, Tchad, Colombie, Ethiopie, Ghana, Pérou et Ouganda) ont signalé des épidémies de fièvre jaune ou des cas sporadiques qui ne seraient pas liées à l'épidémie angolaise.

L'évaluation des risques L'épidémie en Angola reste très préoccupante en raison de :

- La transmission locale persistante à Luanda, bien que près de 8 millions de personnes ont été vaccinées.

- La transmission locale a été rapportée dans 12 provinces très peuplées, notamment celle de Luanda.

- L'extension continue de l'épidémie à de nouvelles provinces et de nouveaux districts.

- Il y a un risque élevé de propagation aux pays voisins. Comme les frontières sont poreuses avec des activités économiques et sociales transfrontalières importantes, la propagation ne peut être exclue.

- Il y a un risque d'établissement de transmission locale dans d'autres provinces où aucun cas autochtone n’a été signalé.

- Il y a un fort indice de suspicion de propagation dans les zones difficiles à atteindre comme Cabinda.

- Le système de surveillance insuffisamment adapté à l'identification de nouveaux foyers ou dans des zones des cas émergents.

 

Source : ProMed mail

   Impression  Impression
Haut de page