Arabie Saoudite : 7 cas de Coronavirus du Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) supplémentaires

Entre le 9 et 10 Mars 2016, le Royaume d'Arabie Saoudite a informé l'OMS de 7 cas supplémentaires de Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), y compris 2 décès. À l'échelle mondiale, depuis Septembre 2012, l'OMS a été avisée de 1.684 cas d'infection par MERS-CoV confirmés en laboratoire, générant au moins 600 décès.

Le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) est une maladie respiratoire virale due à un coronavirus (MERS‐CoV) détecté pour la première fois en 2012 en Arabie Saoudite.

Les coronavirus constituent une vaste famille de virus pouvant provoquer des maladies diverses, allant du rhume banal au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Parmi les symptômes habituels du MERS figurent la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires. La présence d’une pneumonie est fréquente, mais pas systématique. Des symptômes gastro-intestinaux, dont la diarrhée, ont également été signalés.

Environ 36% des cas notifiés d’infection par le MERS-CoV ont abouti au décès du patient.

Bien que la majorité des cas de MERS chez l’homme soient attribuables à une transmission interhumaine, le chameau semble être un hôte réservoir majeur du MERS-CoV et une source animale de l’infection chez l’homme. Toutefois, le rôle précis que jouent les chameaux dans la transmission du virus et le mode exact de transmission ne sont pas connus.

Le syndrome MERS-CoV peut provoquer des infections humaines graves entraînant une mortalité élevée et a démontré sa capacité à transmettre entre les humains. Jusqu'à présent, la transmission d’homme à homme s’est principalement produite dans les établissements de soins de santé.

En effet, le virus ne semble pas se propager aisément d’une personne à l’autre, à moins d’un contact étroit avec une personne infectée, par exemple lorsque des soins sont prodigués avec une protection insuffisante du soignant.

 

Conseils aux voyageurs

Le risque associé à ce coronavirus pour les voyageurs à destination de la péninsule arabique et des pays voisins reste très faible.

Il est prudent d'essayer de réduire le risque général d'infection lors d'un voyage par les simples mesures suivantes :

  • Éviter le contact étroit avec des personnes souffrant d'infections respiratoires aiguës.
  • Lavage fréquent des mains, surtout après un contact direct avec les personnes malades ou de leur environnement.
  • Eviter les contacts avec  les animaux (vivants, malades ou morts)
  • Les personnes présentant des symptômes d'infection respiratoire aiguë doivent avoir un comportement adapté : se tenir la distance des autres personnes, contenir la toux et les éternuements avec des mouchoirs jetables et se laver les mains) et retarder leur voyage jusqu'à totale disparition des symptômes.

Les voyageurs à destination ou de retour du Moyen-Orient développant ce type de symptômes, doivent consulter un médecin (il est cependant déconseillé de se rendre directement chez le médecin traitant, il est préférable de téléphoner au 15 et de suivre les directives des médecins régulateurs).

 

Pour plus d'information consultez notre Fiche conseil pour un séjour au Moyen et Proche-Orient
 
 

Sources : ProMed mail, OMS, Fitfortravel.

   Impression  Impression
Haut de page