Accueil > Actualités > Épidémie d'Hépatite E en Himachal Pradesh - Inde

Épidémie d'Hépatite E en Himachal Pradesh - Inde

Une épidémie d’Hépatite E sévit actuellement à Shimla (district de Himachal Pradesh) en Inde. 11 décès ont été enregistrés dans les 2 derniers mois. Plus de la moitié des familles de la ville ont été touchées par la maladie.

 Les investigations sanitaires et épidémiologiques ont permis d’identifier l’origine de l’épidémie : il s’agit, d’un ruisseau (Ashwani Khad), principale source d'eau de consommation de la ville. Un dysfonctionnement de la station d’épuration locale explique la contamination du ruisseau par les eaux usées.

 

La maladie de l’hépatite E :

Répartition géographique :

Le virus de l'hépatite E (HVE) a été découvert lors de l'occupation soviétique de l'Afghanistan dans les années 1980, après une épidémie d'hépatite inexpliquée dans un camp militaire. Le nouveau virus a été détecté dans les selles par microscopie électronique (virus de l’hépatite E : VHE).

L'hépatite E (HVE)  est la principale cause d’hépatite virale aiguë à travers le monde. Les épidémies importantes d’HVE sont enregistrées dans zones de forte densité humaine présentant des difficultés d’approvisionnement en eau potable, des défauts d'assainissement et d'hygiène.

Des infections autochtones ont pu être décrites de manière sporadique dans les pays développés.

Voie de transmission :

Le virus de l'hépatite E se transmet habituellement par la voie féco-orale.

La source la plus commune d'infection HVE est l’eau de boisson contaminée par des matières fécales.

Dans les pays en développement, les génotypes HEV 1 et 2 sont disséminées par l'eau de boisson contaminée par des matières fécales.

Dans les pays développés des cas sporadiques de HVE de génotype 3 ont été relevés suite à la consommation de viande de porc crue / ou insuffisamment cuite ou  de viande de cerf.

La consommation de mollusques a été un facteur de risque dans une épidémie récemment décrite sur un bateau de croisière.

HEV génotype 4, détecté en Chine, à Taiwan et au Japon, a également été associé à la transmission d'origine alimentaire.

 

Symptômes cliniques :

L'hépatite E est une maladie du foie causée par le virus de l'hépatite E.

Le rapport infections symptomatiques / infections asymptomatiques est selon les études de 1 /2 à 1/13.

L’infection par le VHE se traduit généralement par une hépatite aiguë.

Quand ils sont présents, les signes et les symptômes de l'hépatite E sont semblables à ceux d'autres types d'hépatite virale aiguë et peuvent inclure: fièvre, fatigue, perte d'appétit, nausée, vomissement, douleur abdominale, jaunisse, douleurs articulaires…

Une évolution vers une l’hépatite chronique est décrite principalement chez les personnes transplantées d'organes solides, les personnes vivant avec le VIH et certains patients atteints de troubles hématologiques.

Les femmes enceintes sont particulièrement à risque de formes graves.

 

Caractérisation moléculaire :

Un article paru dans « the Lancet » traite de la caractérisation moléculaire des différentes souches virales.

4 génotypes majeurs ont pu être identifiés parmi les virus circulant entre les êtres humains et les animaux.

HEV1 et HEV2 sont limitées aux êtres humains et transmis par l'intermédiaire de l'eau contaminée dans les pays en développement. HEV1 se produit principalement en Asie, et HEV2 en Afrique et au Mexique. HEV3 et HEV4 infectent les êtres humains, les porcs, et d'autres espèces de mammifères et sont responsables des cas sporadiques autochtones d’hépatite E à la fois dans les pays en développement et développés.

HEV3 a une distribution mondiale. En revanche, HEV4 se produit principalement en Asie du Sud, mais a récemment été isolé chez les porcs européens.

Bien que les infections HEV3 et HEV4 aient été liés à la consommation de viande de porc crue ou insuffisamment cuite ou de la viande de gibier, la gamme complète des espèces réservoirs pour le VHE est encore inconnue.

Des études de l'histoire et la dynamique des populations évolutives de VHE montrent que le virus a évolué à travers une série d'étapes, au cours desquelles les ancêtres des VHE pourraient s’être adaptés à une succession d'hôtes animaux avant d’aboutir à virus capable d’infecter l’homme.

 

Traitement :

L'hépatite E guérit en général spontanément sans traitement.

Il n'y a pas de traitement antiviral spécifique pour l'hépatite aiguë E.

L’hospitalisation est parfois nécessaire dans les cas graves et doit être envisagée pour les femmes enceintes.

 

Prévention :

Les voyageurs à destination des pays en développement peuvent réduire leur risque d'infection en respectant les mesures d’hygiène concernant l’eau de consommation (l'ébullition et la chloration de l'eau est efficace contre  le virus de l’hépatite E).

Voir notre fiche CMETE « Risques liés à l’eau et aux aliments contaminés ».

Éviter la consommation de la viande de porc crue ou insuffisamment cuite (salaisons notamment) et le gibier peut réduire le risque de transmission du VHE de génotype 3

Un vaccin recombinant vient d’être autorisé en Chine. Il cible spécifiquement le génotype 1 responsable de la plupart des épidémies d’origine hydrique en Asie et en Afrique.

En France comme dans les autres pays occidentaux, aucun vaccin n’a encore reçu d’avis favorable des autorités sanitaires. Aucun vaccin n’est disponible.

 

Dr Plisson-Sauné CMETE

Références :

Kamar N, Bendall R, Florence Legrand-Abravanel F, et al: Hepatitis E. Lancet 2012; 379(9835): 2477-88;

indianexpress.com, Promed Mail

CDC facts sheet VHE

   Impression  Impression
Haut de page